Et voilà! Nous sommes à la Rochelle.

Nous pensions en avoir pour 1000km d’effort; pas du tout. Ce furent 971 petits km de grand plaisir!

Un itinéraire accessible à tous grâce notamment à la VeloFrancette qui offre une proportion de pistes cyclables plus que plaisant. Ceux qui nous prennent pour des allumés devraient essayer, ils seraient surpris.

Faudrait voir à pas se fatiguer non plus

L’avantage de partir en automne, c’est bien sûr de trouver la tranquillité sur les chemins. Mais c’est aussi, le long des routes et au détour des chemins, la cueillette de mûres tardives, de figues, de noix, de pommes, de poires… Il y avait aussi des châtaignes, mais pas facile de les faire cuire avec un rechaud. Quant au maïs, on a essayé, on n’essayera plus : ça n’a jamais cuit…

Hop, entre le miel et le fromage de chèvre des Deux-Sèvres, des noix fraîches!

Partis avec les couleurs de l’été, on est arrivés avec celles de l’automne. C’est la seconde fois que nous avons la chance d’observer ce changement s’opérer pendant une de nos excursions. Les camaïeux de verts et d’ors parfois supplantés par des touffes d’un rouge franc, c’est beau, simplement, et on ne s’en lasse pas. Ces couleurs alliées à des couchers du soleil très lumineux nous rappellent combien il nous est précieux de pouvoir observer la nature et l’effet des changements de saison.

Le temps est encore doux même si, le soir venu, nous avons pu tester notre matériel contre le froid que l’on ne pensait pas sortir avant plusieurs mois!

Heureusement que nous avons fait le plein de remontant local dans le Calvados pour tenir les soirées rigoureuses…

Distillerie de la Monnerie où le cidre et le calvados sont presque aussi bons que le pommeau 🙂

LE gros inconvénient de voyager en automne, ce sont les chasseurs. Déjà que, sur le papier, nous avons (attention pléonasme) peu d’affection pour cette pratique, éh bien c’est comme pour le reste, le mesurer en vrai est encore pire. Voir des affiches « ici les chasseurs agissent pour l’environnement » 🤮 et ensuite les entendre arroser les sols de plomb en tirant sur des oiseaux complètement perdus car ils ont été lâché la veille de leur élevage en batterie…

Conséquence inattendue : nous circulons en klaxonnant compulsivement. Tantôt pour effrayer les bêtes et les éloigner des chasseurs, tantôt pour signaler a ces mêmes drôles que ce qui bouge de l’autre côté du champ, c’est nous!!

Ce matin – un lapin – a tué un chasseuuuur!

Dans les quelques tronçons de routes fréquentées par les voitures, nous écoutons de la musique et des podcasts. Nous voulions partager avec vous l’un d’entre eux qui nous a bien plu. Une émission qui s’appelle « Le temps d’un bivouac » a fait un épisode sur « Jacques Brel ou la course aux rêves ». Mais toute la saison vaut le détour si vous avez aimé.

La France est magnifique à parcourir. Baie de somme, suisse normande, châteaux de la Loire etc. Si l’envie de faire du vélo vous prend, pas besoin de vous exiler, laissez-vous guider par les voies vertes et partez explorer!

Entraînement aux châteaux de la Loire : demeures princières sur la Mayenne
Saumur, rive gauche. Notre dernier Château de la Loire.
Nouveau Château, mais sur le Thouet, à Montreuil Bellay

Nous voilà donc à la Rochelle après 10,5 jours de vélo. Un jour de moins que notre estimation optimiste… pour rigoler, on s’est aperçu que sur nos deux plus grosses journées, nous avons parcouru 1/4 du parcours… Il faut profiter du vent quand on l’a vraiment dans le dos!

Direction du vent lors de la dernière étape
Carte du vent à 16h, nous sommes la croix bleue : manifestement nous l’aurons dans le dos jusqu’à La Rochelle 🙌🏼

A présent que nous avons fini ce tour de chauffe, qui après tout ne servait qu’à nous emmener au point de départ de notre périple marin, nous pouvons nous concentrer sur ce dernier.

Le bateau sera donc livré le 19 octobre et nous embarquerons au plus vite ensuite. Les vélos, quelle que soit la façon dont ils traverseront l’Atlantique, seront démontés en petits morceaux et emballés minutieusement.

Fin de la promenade, fin de l’échauffement, à présent nous rentrons gaiement dans l’inconnu!

Allez hop, en route pour l’Amerique now!!